Lettre d’information Galgos Ethique Europe

Chers Amis, Adhérents, Donateurs, Sympathisants,

Notre lettre d’information est à votre disposition. Il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessous.

lettre-information-24-fevrier-2017-galgos-ethique-europe

Merci pour votre soutien,

Bien cordialement,

Le bureau et l’équipe GALGOS ETHIQUE EUROPE

GALGOS ET PODENCOS à l’adoption

Ces amours attendent une bonne maison. Ils sont à l’adoption sous contrat G.E.E.

Soignés, testés, vaccinés, ils arrivent en France une fois qu’ils sont adoptés et que nous sommes sûrs de leur avoir trouvé un bon foyer. Trop de lévriers espagnols continuent  d’être sacrifiés en France ou ailleurs en Europe sous prétexte d’être sauvés. La Belgique s’apprêterait  à interdire la remontée des galgos car ils surchargent les refuges déjà bondés d’animaux qui seront euthanasiés.

Contact adoptions : adoptions.gee@orange.fr

Et Marianne CANTALE, responsable adoptions : galgathena38@gmail.com

Sur demande, nous vous adresserons par email un formulaire d’adoption.

 bianca-3-10cm  campero-adoptame-10-cm
 dobby-2-10-cm  galgo-tigre-10-cm
 jackson-33-10-cm  kata-3-10-cm
 miguelito-1-10-cm  oscar-3-10-cm
 pele-1adoptame-10-cm  persia-3-10-cm
 podenca-sola-gran-familia-10cm

http://www.galgos-ethique-europe.eu

http://galgos-ethique-europe.over-blog.org

http://www.galgos-ethique-europe.org

email : galgos-ethique-europe@orange.fr

 Tel. : 0033 (0)9.64.28.11.23 – (0)7.71.18.17.63

DONS ET ADHESIONS

PAYPAL

 GALGOS ETHIQUE EUROPE

16 Rue Claude Pouillet, 75017 PARIS

Association à buts non lucratifs Loi 1901 reconnue d’intérêt général le 12 Mars 2015

Inscrite au Registre de Transparence de la Commission Européenne n°072358915879-64

Identification Waldec n° W113001294 – Enregistrement n° 20090028 du 16 Juin 2009

 

« Angelo, mon galgo », 10 ans auprès des galgos et des podencos

Angelo, mon galgo – le livre de notre présidente, Joëlle Oldenbourg, le pari impossible…

Je vous invite à découvrir le livre écrit par notre présidente, Joëlle PELLEGRIN OLDENBOURG, à partir du travail fait avec Marie-Hélène VERDIER. Depuis huit ans, les co-fondatrices de notre association conjugent leurs efforts pour faire connaître le drame des lévriers espagnols et tenter de secouer les instances européennes qui, contactées à différentes reprises depuis la création de Galgos Ethique Europe, répondent invariablement : « Nous sommes informés, mais l’Espagne est souveraine. »

Le livre « Angelo, mon galgo » est préfacé par Patrick LLORED, philosophe, qui se bat, dans l’aura de Jacques DERRIDA, pour que soient enfin reconnus des droits politiques aux animaux. Patrick a été très touché par la lecture du livre dans lequel il présente une synthèse de sa pensée et de son combat pour la fin de l’esclavagisme animal.

SOMMAIRE DU LIVRE

« Angelo, mon galgo » rassemble également des témoignages d’adoptants, celui d’Esther CALLOL et Agnès DUFAU, présidentes d’association en Espagne. Il y a également mon témoignage pour dire depuis quand et pourquoi je me suis investie dans la cause des galgos et des podencos, les amours de ma vie, les grands oubliés des refuges en Espagne et comment je suis devenue vice-présidente de Galgos Ethique Europe. Sans oublier le Collectif Européen pour la Protection des Lévriers que Joëlle a initié pour la déclaration écrite de 2013 et que je préside maintenant, ajoutant ma signature à toutes les démarches entamées auprès du Parlement Européen. Comme la pétition que nous venons de lancer pour Galgo Brujo auprès du Parlement européen, qui peut être signée par les citoyens sur :

http://www.mesopinions.com/petition/animaux/justice-brujo-stop-aux-tortionnaires-animaux/28094

Enfin, Joëlle a écrit ce livre pour parler du projet que nous lançons en 2017 : MI QUERIDO GALGO, et son pari de proposer aux enfants espagnols de faire de l’Espagne le pays de la « bien-traitance animale »… Pari impossible… mais quelqu’un a dit : « à vaillant cœur rien d’impossible »… Nous y croyons, nous continuons notre combat pour cela. Acheter le livre « Angelo, mon galgo », c’est soutenir notre combat et y participer de près !

Bref, un livre émouvant dont on ne sort pas indemne mais qui nous aide à comprendre encore plus profondément le drame des lévriers, comme celui de tous les animaux pour lesquels nous sommes mobilisées chaque fois que nous pouvons participer aux manifestations pour la cause animale.

Pour vous procurer le livre, il est à votre disposition sur Paris. Il vous suffit de m’appeler ou de vous présenter lors d’une Vegan Place organisée par L214, dont nous sommes adhérents depuis l’an dernier. Mon téléphone : 06.20.10.10.99.

Le livre est également en vente par correspondance.

Merci pour votre diffusion auprès de vos amis.

Bien cordialement,

Joëlle VALOIS

Vice-présidente GALGOS ETHIQUE EUROPE

Présidente COLLECTIF EUROPEEN POUR LA PROTECTION DES LEVRIERS

06.20.10.10.99.

Voici le témoignage de Sophie Landowski, adoptante d’un galgo, très touchée par la lecture du livre, que nous remercions pour son autorisation de publication :

Chère Joëlle,

J’ai lu votre merveilleux livre. Quelle émotion, quelle tendresse, quelle poésie et aussi combien d’informations précieuses ! Quelle largeur de vue : historique, pratique, philosophique ! Et quelle générosité de votre part de livrer ainsi votre coeur, votre propre expérience de vie avec les lévriers !

Mais ce qui est magnifique, c’est que vous étendez votre compassion à tous les animaux, signe d’une grande intelligence et source d’un combat global.

Votre livre témoigne d’une belle culture littéraire, scientifique et philosophique, ce qui en fait un ouvrage de référence doté d’un fort pouvoir émotionnel grâce à votre témoignage personnel et à ceux que vous transcrivez.

J’ai moi-même entre autres lu avec passion l’ouvrage de Rupert Sheldrake et je suis une amie de longue date de Matthieu Ricard.

Merci, chère Joëlle, pour ce livre remarquable. Je vais le recommander à tout le monde. Très amicalement à vous,

Sophie Landowski

07/02/17

16 Rue Claude Pouillet, 75017 PARIS
Association à buts non lucratifs Loi 1901 reconnue d’intérêt général le 12 Mars 2015
Inscrite au Registre de Transparence de la Commission Européenne n°072358915879-64
Identification Waldec n° W113001294 Enregistrement n° 20090028 du 16 Juin 2009
Tel. : 0033 (0)9.64.28.11.23 – (0)7.71.18.17.63

Animaux « meubles », le congrès espagnol a voté à l’unanimité !

REFORME DU CODE CIVIL ESPAGNOL concernant le statut des animaux.
Pour rappel, dans la loi nationale, les animaux en Espagne sont considérés comme des biens « meubles » attachés à des avoirs immobiliers, propriétés, fermes, etc.
Ce statut national rejaillit obligatoirement sur les lois autonomiques qui, pour certaines, considèrent l’animal comme un « être sensible ». Le faire évoluer fera, à long terme, évoluer les mentalités. Ce vote à l’unanimité est un pas en avant… en attendant l’action du gouvernement de modifier le code civil et de renforcer la législation existante en conséquence !

greta-1

Chesús Yuste

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10154528207537632&set=a.10150615764892632.394675.553057631&type=3&theater

« Cet après-midi, le congrès des députés a adopté à l’unanimité d’exiger du gouvernement la réforme du code civil pour que les animaux soient enfin considérés comme des êtres vivants et non des choses comme jusqu’à présent. Je suis peut-être optimiste, mais je sens qu’aujourd’hui commence une nouvelle étape pour les animaux dans notre parlement. Demain je vais vous expliquer. Félicitations aux ONG et aux parlementaires qui ont rendu cela possible. »

« Esta tarde el Pleno del Congreso de los Diputados ha aprobado por unanimidad exigir al Gobierno que aborde la reforma del Código Civil para que los animales sean considerados seres sintientes y no cosas como hasta ahora. Igual me paso de optimista, pero intuyo que hoy empieza una nueva etapa para los animales en nuestro Parlamento. Mañana lo explicaré. Enhorabuena a las ONG y a los parlamentarios que lo han hecho posible. » Chesús Yuste

vote-congres-espagnol

Proposition de loi espagnole pour que les animaux ne soient plus considérés comme des « meubles »

TOUS LES CHIENS, TOUT COMME LES GALGOS ET LES PODENCOS, NE SONT QUE DES « BIENS MEUBLES » attachés aux biens immobiliers dans le code civil espagnol. Pour ceux qui en doutent et affirment le contraire en disant que les galgos sont des animaux de compagnie, cette proposition de loi est la preuve que tel n’est pas le cas.

Raison de plus pour signer notre pétition pour BRUJO, LA TORCHE VIVANTE ! C’est le moment, plus que jamais, de faire pression !

http://www.elmundo.es/sociedad/2017/02/06/58987577ca4741f8088b4632.html

Traduction Lye Cortegoso, responsable Espagne G.E.E.

QUE L’ON NE PUISSE PAS SAISIR LE CHIEN

243.000 signatures ont été présentées au Congrès pour soutenir la proposition du collectif CIUDADANOS « Les Citoyens » demandant que les animaux ne soient plus considérés comme des «choses».

La proposition de loi suggère que les animaux s’avèrent imprescriptibles, indivisibles et non transférables.

Pour plus d’information sur le Congrès, voir

https://fr.wikipedia.org/wiki/Congr%C3%A8s_des_d%C3%A9put%C3%A9s

« Le Congrès des députés (en espagnol : Congreso de los Diputados) est la chambre basse des Cortes Generales. Constitué de 350 députés élus pour un mandat de quatre ans au scrutin proportionnel plurinominal, il exerce le pouvoir législatif, budgétaire et de contrôle du gouvernement. Il siège au palais des Cortes, à Madrid. »

BORJA RODRIGO Madrid   @borjarodrigo

06/02/2017 20:07

Pour la législation espagnole, un animal de compagnie est un meuble; un objet susceptible d’appropriation, à la libre disposition de son propriétaire et pouvant être saisi. L’Observatoire de la Justice et de la Défense des Animaux a remis ce lundi au Congrès des députés plus de 243.000 signatures recueillies sur Change.org pour que les animaux cessent d’être considérés comme des «choses». L’organisation soutient ainsi la proposition de CIUDADANOS enregistrée en Octobre dernier, qui sera débattue ce jeudi et qui propose de créer une catégorie spéciale dans le Code Civil afin d’exclure les animaux du patrimoine.

L’initiative cherche à faire légifèrer sur un aspect de la loi resté inchangé depuis 1889, lorsque le Code civil a été adopté et qui a acordé aux sociétés agraires, d’inclure les animaux dans son patrimoine. Selon la directrice de l’observatoire, Nuria Menéndez de Llano, la proposition vise à mettre la loi espagnole « en adéquation avec la législation européenne qui, conformément à l’article 13 TFUE reconnaît les animaux comme des êtres sensibles ».

Ciudadanos et l’Observatoire plaident donc pour l’exclusion du caractère patrimonial des animaux de compagnie. Avec cette modification ils visent à interdire leur exécution par les créanciers, c’est-à-dire être vendus aux enchères pour régler une communauté de biens ou être mis en lots et vendus dans les cas d’héritages.

« Dans notre législation, les animaux sont considérés comme des biens, ce qui peut engendrer des situations telles qu’un propriétaire maltraitant peut poursuivre en justice pour vol une personne qui aurait récupéré l’animal pour le sauver, puisqu' »il » lui appartient ou, tel qu’un chat est considéré comme un bien à se partager lors d’un divorce,  » déclare Javier Moreno, porte-parole d’Igualdad Animal, qui pense que ce serait un changement intéressant au niveau social dans un pays « qui est au dernier rang de l’Europe dans le domaine de la protection des animaux ».

Et qui règne également « l’anachronisme dans son système juridique », a ajouté Menendez de Llano. Il y a 17 lois sur la protection des animaux au niveau régional et, au niveau national, le Code Pénal a été modifié en 2010 pour protéger les animaux domestiques contre la maltraitance en renforçant les sanctions et en éliminant l’exigence d’acharnement pour criminaliser la violence contre les « animaux domestiques et apprivoisés « . Cependant, tandis qu’en Catalogne les animaux ne sont plus des « choses » depuis 2006, date à laquelle le Code civil régional catalan a introduit cet amendement, aucune autre région n’a légiféré dans ce domaine.

Traduction Lye Cortegoso, responsable Espagne G.E.E.

http://www.elmundo.es/sociedad/2017/02/06/58987577ca4741f8088b4632.html

Que no te puedan embargar al perro

243.000 firmas han sido presentadas en el Congreso para apoyar la propuesta de Ciudadanos que pide que los animales no sean « cosas »

La proposición no de ley plantea que las mascotas resulten inembargables, indivisibles e intransferibles

·         BORJA RODRIGO ·         Madrid ·         @borjarodrigo

06/02/2017 20:07

> Para la legislación española, una mascota es un mueble; un objeto susceptible de apropiación, de libre disposición por parte de su dueño y que puede ser embargado. El Observatorio de Justicia y Defensa Animal entregó este lunes en el Congreso de los Diputados más de 243.000 firmas recogidas en change.org para que los animales dejen de ser considerados « cosas ». La organización avala así la propuesta que registró Ciudadanos el pasado octubre -que se debatirá este jueves- y con la que proponen crear una categoría especial en el Código Civil para que las mascotas se excluyan de la masa patrimonial.

> La iniciativa busca que el derecho español legisle un aspecto que ha permanecido inalterado desde 1889, cuando se promulgó el Código Civil y que, acorde a una sociedad agraria, incluyó a los animales dentro del patrimonio. Según explica a EL MUNDO la directora del observatorio, Nuria Menéndez de Llano, la propuesta busca que el ordenamiento español se « adecue a la normativa europea que, acorde al artículo 13 del Tratado de Funcionamiento, reconoce a los animales como seres sensibles ».

> Ciudadanos y el observatorio abogan de esta manera por excluir la naturaleza patrimonial de las mascotas. Con esta modificación buscan dejar de permitir, entre otros, que sean ejecutadas por los acreedores; puedan ser subastadas para liquidar una comunidad de gananciales; o que sean introducidas en lotes y sorteadas en supuestos hereditarios.

> « En nuestra legislación, los animales son considerados bienes semovientes, lo que implica que puedan darse situaciones como que un maltratador puede denunciar a alguien por robo por rescatar a un animal que ‘le’ pertenece, o que un gato sea considerado un bien a repartir en un divorcio », explica a este diario Javier Moreno, portavoz de Igualdad Animal, quien considera que sería un cambio interesante a nivel social en un país « que está a la cola de Europa en materia de protección animal ».

> Y donde gobierna también « el anacronismo legal en su ordenamiento jurídico », añade Menéndez de Llano. Hay 17 leyes de protección animal autonómicas y, a nivel estatal, el Código Penal fue modificado en 2010 para proteger a los animales domésticos respecto al maltrato, endureciendo las penas y eliminando el requisito de « ensañamiento » para tipificar como delito la violencia contra « animales domésticos y amansados ». Mientras, excepto en Cataluña, donde los animales no son « cosas » desde que en 2006 el código civil foral catalán introdujera esta modificación, ninguna otra región ha legislado en esta materia.

http://www.elmundo.es/sociedad/2017/02/06/58987577ca4741f8088b4632.htm

 

Brujo, la torche vivante ! BASTA YA ! Une signataire écrit à l’ambassadeur d’Espagne en France

Reçu de Josiane B. :

Josiane, signataire de la PETITION POUR BRUJO, envoie un email à l’ambassadeur d’Espagne. Pourquoi n’en faites-vous pas autant ?

Si vous le souhaitez, vous pouvez ajouter  à l’email type ci-dessous :

JE BOYCOTTE ET J’APPELLE MES AMIS A BOYCOTTER DORENAVANT VOTRE PAYS.

emb.paris@maec.es

 

Destinataire:         emb.paris@maec.es
Objet: Torture des galgos

Monsieur,

Je vous invite à aller sur le site MESOPINIONS.COM. Vous y trouverez des pétitions pour BRUJO, LA TORCHE VIVANTE : un jeune galgo pendu, puis jeté dans un bain d’huile de vidange et brûlé vif. Vous vous doutez bien qu’il n’a pas survécu. Où sont ses tortionnaires ?

http://www.mesopinions.com/petition/animaux/justice-brujo-stop-aux-tortionnaires-animaux/28094

VIVE L’ESPAGNE, pays du Soleil, des vacances et de la torture.

Très tristement,

brujo-bandeau-complet-def-500

ADHERER OU FAIRE UN DON POUR SOUTENIR NOS ACTIONS

Chers Amis, Adhérents, Donateurs,

SANS VOUS, RIEN N’EST POSSIBLE.

Une année très éprouvante vient de se terminer. Pendant que l’Espagne dit qu’elle change, les horreurs continuent. L’année 2017 commence avec des nouvelles très tristes, des galgos qui n’ont pu être sauvés, comme ce pauvre petit galgo BRUJO, pendu, trempé dans un bain d’huile de vidange (extrêmement corrosive et inflammable) et brûlé comme une torche vivante. Les Bénévoles de GALGOS 112 n’ont pas pu le sauver. Son regard interrogateur nous hantera à jamais ! Nous venons de lancer une pétition sur le site du Parlement européen.
Elle s’accompagne d’une PETITION OUVERTE A LA SIGNATURE DES CITOYENS SUR MESOPINIONS.COM.

brujo-bandeau-complet-def-500

Merci de continuer à nous aider. Nos amis en Espagne comptent sur nous, nous comptons sur votre présence à nos côtés. Vous pouvez également ADHERER en 2017. Un reçu vous sera envoyé par email.

ADHESION/DON PAR CHEQUE

à l’ordre de GALGOS ETHIQUE EUROPE

adresse où envoyer votre chèque :

GALGOS ETHIQUE EUROPE

16, Rue Claude Pouillet, 75017 PARIS

Préciser au dos du chèque « don » et/ou « adhésion ». Merci.

Adhésion annuelle : 20 €. Membre bienfaiteur : 30 € et plus.

VIREMENT PAYPAL

180-paypal-galgos-ethique-europe-180x75Si vous n’avez pas de compte PAYPAL, allez simplement sur notre page PAYPAL  et  COCHEZ « réglez par carte bancaire ». PAYPAL est un site hautement sécurisé.

VIREMENT BANCAIRE

IBAN à transmettre à votre banque :

FR76 1027 8060 4700 0209 0400 107

Domiciliation de notre compte bancaire depuis le 1er Janvier 2016 : Caisse Crédit Mutuel PARIS 17 Etoile, 30, Avenue Niel, 75017 PARIS

N.B. GALGOS ETHIQUE EUROPE est reconnue d’INTERET GENERAL. A ce titre, vous pouvez recevoir un reçu CERFA à joindre à votre déclaration d’impôt. Un pourcentage de déduction dépendant de votre taux d’imposition sera pris en compte par l’Administration fiscale. Merci d’en faire la demande à Marion rigaudmarion@gmail.com
Nous sommes également inscrits au registre de transparence de la Commission Européenne.

Nous contacter par email

Nous contacter par téléphone

Marion RIGAUD, trésorière : 06.81.38.12.61.

Joëlle VALOIS, vice-présidente : 06.20.10.10.99.

Lye CORTEGOSO, responsable Espagne : 06.70.06.62.19.

Marianne CANTALE, responsable adoptions : 06.83.43.62.73.

Joëlle OLDENBOURG, présidente : 09.64.28.11.23 – 07.71.18.17.63.

 

 

Pétition Justice pour Brujo – stop aux tortionnaires d’animaux

CONTRE LE MARTYRE DE BRUJO, POUR DIRE STOP AUX INSTANCES EUROPEENNES QUI DOIVENT METTRE UN TERME AUX TORTURES DES ANIMAUX

http://www.mesopinions.com/petition/animaux/justice-brujo-stop-aux-tortionnaires-animaux/28094

brujo-bandeau-complet-def-500

Vous pouvez signer la pétition que nous venons de déposer conjointement avec GALGOS 112, FUTUR AVENIR, DAYA CERVELLO, ANIMAL MEDIATION ENFANCE et LE COLLECTIF EUROPEEN POUR LA PROTECTION DES LEVRIERS.

A SIGNER, DIFFUSER, PARTAGER LARGEMENT. Merci !

Nous restons mobilisés. La même pétition a été déposée sur le site du PARLEMENT EUROPEEN. Nous demandons dans cette pétition une mise en demeure de l’Espagne.Voici l’accusé de réception.

« Nous vous remercions d’avoir présenté une nouvelle pétition sur le portail des pétitions du Parlement européen! Votre pétition sera à présent traitée par le Parlement européen. La procédure peut prendre un certain temps car elle se déroule en plusieurs étapes. Dans la plupart des cas, le secrétariat de la commission des pétitions rédige un résumé de la pétition, qui est ensuite traduit dans toutes les langues officielles de l’Union européenne. Ce résumé sera affiché sur le portail des pétitions dès que la commission aura arrêté une décision sur la recevabilité de votre pétition. Cette décision vous sera notifiée par écrit. »
PETITION BRUJO 6 AVRIL 2017 70

L’Espagne s’apprête à ratifier la Convention européenne de protection animale

L’Espagne s’apprête à ratifier la Convention Européenne de Protection Animale, avec 30 ans de retard.

Les choses bougent en Espagne, même trop lentement… Mais n’attendons pas de miracle de cette ratification qui concerne un document émis par le Conseil de l’Europe et non l’Union Européenne… Nous y reviendrons sous peu. Nous venons de lancer une pétition au Parlement Euroéen que nous éditerons sous peu.

http://www.publico.es/sociedad/maltrato-animal-espana-adopta-normativa.html

Traduction Lye CORTEGOSO, responsable relations Espagne G.E.E. Merci, Lye !

L’Espagne s’apprête à ratifier la Convention Européenne de Protection Animale, avec 30 ans de retard. Cette convention garantie une législation de base pour le bien-être animal dans les 47 états du Conseil de l’Europe.

En réalité, la Convention a été adoptée à Strasbourg en 1987 et depuis lors, 23 pays l’ont ratifiée, presque tous entre les années 90 et 2000. L’Espagne a signé la convention en 2015, mais sa ratification par le Congrès ne devrait intervenir que dans les semaines à venir.

« Ce que je trouve lamentable, c’est d’avoir approuvé cette convention avec trente ans de retard. Cela montre à quel point ces questions sont secondaires dans notre pays », signale le député de Unidos Podemos et coporte-voix de Equo, Juantxo Lopez de Uralde.

Entre autres questions, la Convention établit des normes relatives à la détention, la reproduction, l’acquisition, le dressage et l’élevage des animaux de compagnie. Elle comporte par exemple l’interdiction par des enfants de moins de 16 ans d’acquérir un animal ou d’en faire l’élevage sans le consentement des parents. Elle stipule que le contrôle et le commerce des animaux de compagnie doivent être effectués par des personnes ayant acquis les bonnes compétences.
La convention soulève également des restrictions sur l’utilisation des animaux dans la publicité, les divertissements et des concours, ainsi que les modes de sacrifice qui « doit être effectué avec le moins de souffrances possible, physiques ou mentales » et elle interdit la chirurgie pour des raisons esthétiques.
En outre, elle engage les États signataires à réduire le nombre d’animaux errants « par des moyens qui ne causent ni douleur, ni souffrance ni détresse vitale » et à inciter les personnes qui trouvent des animaux de compagnie à les déclarer aux autorités.

« Nous aimerions être plus ambitieux » dit Laura Duarte, porte-parole du parti animaliste PACMA, qui, en tout état de cause reconnaît que c’est « un outil pour exiger des communautés autonomes qu’elles adaptent leurs lois sur la protection des animaux au minimum dicté par l’Europe. »

 

En Espagne, il n’y a pas de réglementation fédérale, applicable nationalement,  pour les animaux de compagnie.


Bien que l’Espagne ait des lois plus strictes de protection des animaux, il n’y a pas de réglementation au niveau national, cela dépend de chaque communauté autonome. Pour certaines, comme la Catalogne ou Madrid, avec des normes avancées, la Convention est obsolète; mais les autres devront s’y adapter, car il est un cadre réglementaire majeur. Andalousie, Castilla-La Mancha, Extremadura et les îles Canaries font partie des communautés avec les règlements les plus souples sur les animaux.
L’Espagne a demandé une exception à la Convention
La ratification de la Convention par l’Espagne est également effectuée avec une exception: le gouvernement a demandé que, dans notre pays, l’amputation de la queue d’un animal à des fins non-curatives ne soit pas interdite, ainsi qu’il est indiqué dans le Journal officiel du Parlement.
Comme le prévoit la Convention, les Etats signataires peuvent demander deux exceptions, la seconde ayant trait à la limite d’âge de 16 ans pour acheter un animal. D’autres pays tels que l’Allemagne, le Danemark, la France, le Portugal et la République tchèque ont également demandé cette même exception.
Le parti PACMA a présenté jeudi au Congrès une proposition pour que les autres groupes politiques s’opposent à inclure cette exception avant la ratification. Lopez de Uralde a confirmé à ce journal que son groupe a présenté un amendement pour cette raison le lundi.

« Je ne comprends pas pourquoi cette exception est demandée, après tout le processus et le temps qu’il a fallu » a ajouté Juantxo Lopez de Uralde.

 

Source Diario PUBLICO – 03/02/2017 – Lucia Villa

http://www.publico.es/sociedad/maltrato-animal-espana-adopta-normativa.html

Référence : Bulletin Officiel de l’Assemblée Générale du 16/12/2016

https://fr.scribd.com/document/338241147/Convenio-Europeo-Proteccion-Animales-de-Compania#from_embed

 

30 años tarde.

 

En realidad el Convenio se aprobó en Estrasburgo en 1987 y desde entonces, 23 países lo han ratificado, casi todos entre la década de los 90 y los 2000. España lo firmó en 2015, pero su proceso de ratificación por parte del Congreso no está previsto hasta las próximas semanas.

 

« Lo que me parece más lamentable es que se apruebe con 30 años de retraso. Demuestra hasta qué punto estas cuestiones son secundarias en nuestro país », señana el diputado de Unidos Podemos y coportavoz de Equo, Juantxo López de Uralde.

 

Entre otras cuestiones, el Convenio establece normas para la tenencia, reproducción, adquisición, adiestramiento y cría de los animales de compañía. Por ejemplo, recoge la prohibición de vender animales a los menores de 16 años sin consentimiento de sus padres o estipula que la cría, custoria y comercio de animales de compañía debe hacerse por parte de personas con los conocimientos adecuados.

 

Asimismo, plantea restricciones para el uso de estos animales en la publicidad, los espectáculos y los concursos, así como en los modos de sacrificio, que « deberá efectuarse con los menores sufrimientos físicos y psíquicos posibles », y prohíbe las intervenciones quirúrgicas por motivos estéticos.

 

Además, compromete a los estados firmantes a reducir el número de animanles vagabundos « por medios que no causen dolores, sufrimientos ni angustias vitales » y a alentar a quienes encuentren animales de compañía a ponerlo en conocimiento de las autoridades.

 

« Nos gustaría que fuera más ambicioso », reconoce Laura Duarte, portavoz del Partido Animalista PACMA, que en cualquier caso reconoce que supone « una herramienta para exigir a otras comunidades que adapten sus leyes de protección animal a los mínimos que dicta Europa ».

En España no existe una regulación de ámbito estatal para los animales de compañía

 

Aunque España tiene leyes de protección animal más estrictas, no existe una regulación de ámbito estatal, sino que depende de cada comunidad autónoma. Para algunas, como Catalunya o Madrid, con normativas muy avanzadas, el Convenio se queda algo obsoleto; pero otras tendrán que adaptarse a él, porque supone un marco regulatorio de mayor rango. Andalucía, Castilla-La Mancha, Extremadura o Canarias son algunas de las comunidades con regulaciones más laxas sobre animales.

España pide una excepción al Convenio

 

La ratificación del Convenio por parte de España viene además con una excepción: el Gobierno ha pedido que en nuestro país no se aplique la prohibición de la amputación de las colas de los animales con fines no curativos, según se recoge en el texto publicado en el Boletín Oficial de las Cortes.

España ha pedido no aplicar la prohibición de la amputación de colas a los animales

 

Es una de las dos únicas excepciones a las que los países firmantes pueden acogerse para adherirse al Convenio. La otra es la que estipula un mínimo de 16 años para poder comprar animales. Otros países como Alemania, Dinamarca, Francia, Portugal o República Checa también presentaron la misma excepción que España.

 

PACMA ha presentado este jueves en el Cocngreso una propuesta para que el resto de grupos políticos se oponga a incluir esta excepción antes de la ratificación. López de Uralde ha confirmado a este periódico que su grupo presentará una enmienda por este motivo el lunes.

 

« No se entiende por qué se pide esta excepción, después de todo el proceso y todo el tiempo que ha llevado », zanja López de Uralde.

Traduction Lye Cortegoso, responsable relations Espagne G.E.E.

Un 4X4 pour Daya Cervello, un bel article dans 20minutos Espagne

Agnès nous communique à l’instant le lien vers l’annonce qu’ils viennent d’avoir sur 20MINUTOS Espagne pour leur SOS 4X4.

Nous leur souhaitons bonne chance !

http://blogs.20minutos.es/animalesenadopcion/2017/02/06/refugio-barcelona-necesita-4×4-poder-atender-animales/

Un autre bel appel :

http://www.lavanguardia.com/local/baix-llobregat/20170208/414063356482/refugio-animales-daya-cervello-averia-coche.html

TOUTE AIDE IMMEDIATE EST et RESTE BIENVENUE.

APPEL D’AGNES DUFAU,

présidente de DAYA CERVELLO BARBELONE

DAYA est un petit refuge situé à 30 km de Barcelone. Nous accueillons près de 200 chiens et chats malades ou âgés: chats positifs en leucémie ou immunodéficience,  chiens en danger de mort dans les « perreras ». La route d’accès est une piste forestière de presque 4 km, en très mauvais état, que seul un 4×4 peut emprunter. (voir photo jointe).

Et bien, la semaine dernière, notre vieux 4×4 est tombé en panne … et notre mécano nous a dit qu’il est préférable de ne pas dépenser un euro de plus dans la réparation d’un véhicule qui est déjà une ruine…Paliers et châssis sont morts.

Très gentiment Galgos Ethique Europe m’a proposé de relayer notre appel : il nous faut acheter un 4×4 qui pourra résister quelques années. L’idéal serait que quelqu’un  puisse nous en donner ou nous en céder un le temps de trouver l’argent pour payer le nouveau véhicule. Nous n’avons pas de trésorerie pour cela, nous avons encore des factures 2016 de vétérinaire et d’alimentation en attente de paiement. Chaque mois est un DUR COMBAT.

Cette semaine nous avons trouvé 2 personnes qui ont eu la gentillesse de monter quelques sacs de croquettes et des boîtes dans leurs propres 4×4. Nous devrons lancer un nouvel appel très bientôt. Mais depuis 10 jours notre équipe monte à pied jusqu’au refuge tous les matins et en redescend  à pied le soir après une dure journée. Ceci n’est pas possible humainement.
SOS ! Sans 4×4 nous ne pouvons pas continuer à prendre soin des animaux. Toute aide sera plus que bienvenue.

agnesdufau@hotmail.com

BANQUE: LA CAIXA

TITULAIRE: ASSOCIACIÓ DAYA CERVELLÓ

IBAN: ES 58 2100 3200 91 2201382673

BIC-Swift: CAIXESBBXXX

Liens :

https://www.facebook.com/Santuario-de-Cervell%C3%B3-206293166085091/?ref=page_internal

http://www.dayacervello.org/daya-cervello-30-km-jusqu-au-sanctuaire