Adoptions, du grand n’importe quoi !

Il n’y a pas une semaine où nous n’apprenons pas une triste nouvelle de lévrier sacrifié à l’irresponsabilité parce que mal placé ! Et ce n’est jamais la faute de l’association !!!

Avec l’autorisation de Carine RAMLOT, je diffuse son coup de gueule sur ce qui se passe actuellement en France et en Belgique pour les adoptions de galgos et de podencos.Il y a toujours une bonne raison de se dédouaner du drame que l’animal vient de vivre au détriment de sa vie. Comme cette pauvre petite Lili, podenca morte prise dans un piège parce que son adoptante la lâchait dans les bois pour qu’elle aille chasser !!! Et elle venait d’en perdre une autre toujours pas retrouvée, qu’elle lâchait aussi. Ce qui ne l’empêchait pas de continuer à lâcher les autres. Où est donc l’asso qui lui a placé plusieurs galgos et podencos ? Qui va aller les lui retirer pour irresponsabilité et maltraitance… On peut parler de torture pour Lili. Qui aimerait avoir la tête prise dans un piège ! Et on ose lancer, pour se libérer de ses scrupules, une pétition contre les pièges ?

Quel respect a-t-on pour la vie d’un animal, et pour celle d’un bénévole en Espagne qui risque parfois la sienne pour le sauver ?

Donc, ADOPTIONS, DU GRAND N’IMPORTE QUOI, par Carine RAMLOT :

Galgos et podencos proposés sur le « Bon Coin », nombreux, trop nombreux à devoir être replacés …séparation, maladie, déménagement … avec un nombre trop important de chiens pour 1 seule famille, le problème est décuplé ;

Même problème … 53 chiens saisis chez 1 seule personne !! qui se retrouvent en refuge en attente de procédure permettant – peut-être – car il s’agit d’une saisie administrative – d’être réadoptés …beaucoup de changements, de traumatisme …. Qu’en sera-t-il de leur comportement ensuite ? ;

Galgos et podencos « importés » par des SPA françaises ! sortis d’un refuge espagnol pour aller végéter dans des geôles françaises, mais quels sont ces espagnols qui laissent partir leurs chiens dans de telles conditions ? …et les SPA françaises, dans quel but ? pas assez de chiens sur leur territoire pour remplir leurs cages ? ou profitent t’elles de la mode des chiens espagnols pour remplir leurs escarcelles ? ;

Je passe sur les sempiternelles guéguerres entre assos qui en deviennent vraiment ridicules ;

Mais je m’arrête sur l’amateurisme et le manque de prise de responsabilité d’autres … incapable d’un minimum de conscience « professionnelle », à moins que ce ne soit les compétences qui fassent défaut ?

Existe-t-il encore des assos avec un minimum d’éthique ? On peut en douter à la vue des nouvelles solutions proposées : mise en refuge, renvoi en Espagne, quand ce n’est pas l’euthanasie qui est suggérée, ou le bon devenir d’êtres vivants devenant tributaires de « traducteur » !!! on aura tout vu. À moins que ce ne soit un nouvel appât ? « À votre bon cœur, msieur,mdame …. vous auriez bien une ptite place pour un pauvre chien qui nous tombe …du traducteur ».

Les chiens en fuite, non recherchés, non retrouvés, errants, aperçus mais pour lesquels rien n’est entrepris sont devenus légions …. 50.000 abandons en Espagne … combien se retrouvent errants sur nos routes où ils se feront aussi écraser – comme en Espagne ? , combien vont crever de faim dans nos bois et dont on va retrouver les squelettes – comme en Espagne ?

Dois-je parler des pré-visites ? confiées à un ami – d’un amie – d’une rencontre – d’une bénévole d’un autre pays …est-ce que l’ami de l’amie de la rencontre de la bénévole ira chercher le chien lorsqu’il sera en fugue ? ou ira le chercher en urgence chez l’adoptant qui voudra s’en débarrasser dans l’heure ?

Et enfin toutes les narrations de morsures et attaques les plus sévères les unes que les autres qui fleurissent actuellement de tous côtés, assortis d’explications qui démontrent la totale méconnaissance de l’espèce canine et l’incapacité à gérer une meute.

Le problème est bien là, à force de répondre à toutes les demandes de sauvetage, à la pression de certaines associations ayant trouvé des endroits de placements sans limite chez des personnes au grand cœur mais qui oublient de respecter la structure indispensable à l’équilibre d’une meute : un chef autoritaire et apaisant, un espace suffisant pour que dominant et dominés n’entrent pas en conflit, de l’exercice quotidien.

Que ce soit en famille d’accueil ou d’adoption, le nombre de chiens doit être limité, et au lieu de se préoccuper des sacro saintes clôtures, inquiétons-nous d’une capacité financière, d’une aptitude comportementale des maîtres à gérer un ou plusieurs chiens, d’une disponibilité à procurer de l’exercice, d’une stabilité à garder les chiens malgré les aléas de la vie et alors nous ferons du bon travail.
Carine RAMLOT

Présidente GALGOS LIBRES

http://www.galgoslibres.com/

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s